le blog magazine du senior et de ses aides à domicile


L'édito du 10/11/2018 par Marie Versuselle         le blog des salariés           à propos de

Qui sommes nous ?             historique
                 nous contacter     



L’actualité de Novembre18 la hausse des carburants, parlons trajets...
Contribution de Marie Versuselle :


“Le prix du diesel à la pompe va augmenter de 6,5 centimes d'euros par litre ! Il devrait donc passer la barre des 1,50 euros par litre, si l'on part du tarif constaté au 21 septembre 2018. Quant aux tarifs de l'essence, ils devraient augmenter de 2,9 centimes d'euros par litre en 2019.”sur Google.

Les trajets c’est le nerf de la guerre dans le secteur de l’aide à domicile. Le trajet c’est un temps de travail utile perdu, c’est particulièrement critique pour les AVS, un secteur où la main d’oeuvre qualifiée manque, et où les vocations se font de plus en plus rares, et la demande de plus en plus pressente, si on tient compte du vieillissement de la population.

Traduite en temps de travail, l’utilisation d’un véhicule diesel consommant  6l au cent, c’est environ 1 heure de salaire net d’une AVS pour 100 km, un moyenne hebdomadaire toujours dépassée, une moyenne quotidienne parfois frôlée.

Cette perte de temps est durement ressentie par les salariés du particulier employeur, car les temps intermission et les frais de transport d’un employeur à un autre employeur ne sont pas payés. Bien entendu le salarié est attentif à ce problème au moment de prendre un nouvel employeur, ou au moment de l’élaboration du planning mais la  plupart des salariés avouent ne pas avoir le choix faute d’information sur les éventuels employeurs. La hausse du prix des carburants s’ajoute à cette perte de temps de travail, sur des temps déjà partiels.
 
Cette perte de temps est également ressentie par les prestataires qui paient les temps intermissions, surtout en ce qui concerne les prestations bénéficiant de L’APA chaque intervention sur 3 interventions par jour se limite à 30 à 40 minutes. Une intervention de 30 minutes payée autour de 11 euros coute charges congés payés et salaire compris autour de 7,5 euros auquel s’ajoutent les frais fixes de gestion de la mission (planning, comptabilité…) au delà de 20 minutes de trajet  pour un cout de 2,5 euros le prestataire perd de l’argent. Aussi toutes les astuces sont permises pour limiter les temps de mission. Dans ce cas, c'est le salarié qui constate une diminution de son temps de travail assortie d’une augmentation de l’amplitude.

Il est certain que l’augmentation du prix du carburant va augmenter la tension du recrutement des salariés du secteur de l’aide à domicile, si parallèlement aucune mesure incitative, et organisation  géographique rationnelle n’est mise en place. Certes les salariés du secteur sont aussi des citoyens conscients des mesures nécessaires pour préserver la planète, mais comment envisager l’achat d’un véhicule neuf électrique hors des moyens d’un pouvoir d’achat qui diminue et flirte dans beaucoup de cas avec le seuil de pauvreté ?

Beaucoup se joindront au mouvement du 17 novembre !