le blog magazine du senior et de ses aides à domicile


L'édito du 03/11/2018 par Marie Versuselle         le blog des salariés           à propos de

Qui sommes nous ?             historique
                 nous contacter     



augmentation des salaires en octobre
Contribution de Marie Versuselle :

La baisse des charges était annoncée dans  le programme présidentiel, elle a été mise en oeuvre en 2019 en 2 étapes janvier et Octobre. Les employeurs ont pu constater l’augmentation de la CSG en janvier qui doit financer la mesure.

Il ne s’agit pas d’une augmentation des salaires mais d’une augmentation du pouvoir d’achat obtenue grâce à la baisse des charges salariales.

Le système CESU se prête mal à ce style d’évolution. En effet dans un esprit de simplicité, c’est le net payé qui sert de base à l’élaboration du bulletin de salaire. Le salarié et l’employeur se mettent d’accord sur le net payé, horaire ou mensualisé, le salarié est payé chaque mois par son employeur, qui déclare au CESU la somme payée et le nombre d’heures.

Habituellement le bulletin de salaire, calcule les charges à partir des éléments du brut assujettis aux charges pour aboutir au net payé. Pour le CESU c’est le processus inverse qui se produit : partant du net les charges sont recalculées pour aboutir au brut.

Cela a pour effet lorsque le net n’est pas actualisé suite à une modification des taux de charge, que c’est le brut qui change en plus en cas d’une augmentation des charges, en moins si les charges baissent.

Le brut est un élément contractuel, il peut augmenter sans avenant au contrat mais il ne peut baisser sans l’accord du salarié.

Le CESU exerce un contrôle sur le SMIC, les salariés payés au SMIC sont assurés que le brut ne peut être inférieur au SMIC. Les autres salariés    dont le net payé n’a pas été actualisé peuvent justifier leur réclamation sur la baisse du brut à réception du bulletin de salaire d’octobre par comparaison à celui de septembre.